Cris de Paris

Et le nouveau jouet, parvenu jusqu’à nous, se vendit comme du pain.

Le ciel de Leyenda

jeanne-lormeau

Le temps n’est pas loin où on ne les entendra bientôt plus qu’au deuxième acte de Louise. Petit à petit, ils disparaissent tous. C’est à peine si, dans les quartiers populeux, on entend encore l’appel traînant du « marchand d’habits ». La curieuse trompette du robinettier s’en va avec le cri de la marchande de cresson : A la tendresse, la verduresse… J’ai du beau cresson d’fontaine… la santé du corps… 

Voilà l’plaisir, mesdames… s’en est allé 
rejoindre : 
Allons les paps, allons les mamans, 
Amusez vos p’tits enfants… 

et le A la crème !… fromage à la crème, est allé retrouver : V’là les escargots de Bourgogne et le A la barque des marchands de moules. Escargots et moules, ayant désormais pignon sur rue, ont cessé de se promener dans les petites voitures par la capitale. Un des plus touchants et des plus anciens, qu’on entendait encore dans les faubourgs avant la guerre, 

Pleurez, pleurez, petits…

View original post 209 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s