Henri Guaino et les catholiques fillonistes

« La religion a, trop souvent, servi de prétexte, d’excuse, de moyen pour agir dans la violence et la haine de l’autre. Il serait temps de réaffirmer les vraies valeurs des différentes religions, d’arrêter de les instrumentaliser, pour que, enfin, certains individus d’une religion ou d’aucune religion arrêtent de regarder de travers ceux d’une autre religion, pour que la religion soit un motif d’apaisement et non de haine de l’autre qui possède des croyances différentes mais qui, pour autant, se repose sur les mêmes principes. »

Combat

Le soir des législatives, Henri Guaino créait le scandale en affirmant que ses électeurs étaient “à vomir”. Amplement reprise par les médias, cette phrase a été décriée par une grande partie de journalistes, commentateurs, hommes politiques, la décrivant comme le “pétage de câble” d’un homme aigri et amer à cause de sa défaite cuisante. On ne peut nier que la phrase prononcée par Henri Guaino l’a été justement car celui-ci avait perdu aux élections. On peut même être sûrs qu’Henri Guaino, en bon homme politique navigué qu’il était encore il y a quelques jours, aurait sans doute, au contraire, loué les qualités des ses électeurs, qui auraient été dans ce cas des électeurs avisés, ayant fait le bon choix. Cependant, je souhaiterais ici m’attarder davantage aux mots qui ont suivi la fameuse phrase citée au début de mon article. En effet, Henri Guaino parle de ses…

Voir l’article original 1 090 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s