En 2013, pour Agnès Buzyn, le tabac était une «bombe à retardement». Et maintenant ?

hélas, la culture des bombes a retardement est bien l’ apanage des états !

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

Le poids des mots, le choc du souvenir. C’était il y a quatre ans. La Pr Agnès Buzyn, inconnue du grand public présidait depuis deux ans déjà l’Institut national du cancer (INCa). La 31 mai ce cette année-là elle publiait  dans Le Monde une tribune qu’il est pas inintéressant de relire. A plus d’un titre. Elle jugeait alors utile de « repenser en profondeur notre système de lutte contre le tabagisme » ; un plaidoyer en faveur d’une « politique volontariste ».

Observant l’augmentation du tabagisme (chez les jeunes, les femmes et les personnes en situation de précarité) elle fustigeait le comportement des buralistes et dénonçait, après la Cour des comptes, « notre manque de cohérence et de stratégie globale en matière de lutte contre le tabagisme ». Elle rappelait (déjà) que la France n’avait pas (à la différence de de l’Australie, de la Grande Bretagne et des Etats-Unis) tenu ses engagements internationaux d’atteindre…

View original post 568 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s