Les nouveaux gardiens du Gaullisme

Pas de placides fonctionnaires qui organisèrent des rafles et des convois depuis un bureau. Contrairement à Maurice Papon qui participa au Vel d’Hiv mais put rejoindre le parti gaulliste par la suite, ce dont le Général de Gaulle ne trouva rien à redire. Conclusions : le FN n’est pas le parti des déporteurs. Et quand bien-même il le serait, ce n’est pas un nom du « général » qu’on pourrait s’en indigner

Combat

Charles de Gaulle : « Une vieille momie que l’on encense par habitude», Montesquieu (je crois). Si nous étions russes, son cadavre embaumé reposerait aux Champs-Elysées, comme la dépouille de Lénine continue à puer sur la place Rouge trente ans après que ses miasmes idéologiques se soient noyés dans la Moskova.

Chacun a son propre de Gaulle : l’homme qui quitta le commandement l’OTAN, celui qui désobéit à Vichy, qui rendit à la France une place parmi les vainqueurs, qui nous débarrassa du boulet colonial, ou encore celui qui tua le régime des partis. Il est facile  de s’indigner devant toute situation, cinquante ans après sa mort, au nom du gaullisme: « qui imagine le Général [insérer une situation qui vous pénalise] ». Dans « Gaulliste », certains lisent « assimilationniste ». Pourtant, il renonça à l’Algérie faute de vouloir assimiler  9 millions d’arabes. Pour d’autres, c’est l’égérie d’une droite antifasciste. Lui, le protégé du maréchal Pétain ?…

Voir l’article original 329 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s