Le procureur général et le journaliste de guerre

Passeurs d'hospitalités

Les nouvelles grilles, barbelés, obstacles, renforts de police bloquent avant tout les possibilités de passage gratuit. Pour le plus grand bénéfice des passeurs, qui ont multiplié leurs tarifs par trois ou quatre. Les exilé-e-s qui n’ont pas de quoi payer prennent les voies les plus hasardeuses et les plus risquées et se trouvent face à des effectifs accrus de gendarmes et de policiers.

Jeudi 17 décembre, un long embouteillage de camions sur l’autoroute d’accès au Tunnel sous la Manche. De nombreux-ses exilé-e-s vont tenter leur chance en montant dans les camions ou en se glissant dessous. La situation n’a rien d’exceptionnel lorsqu’un tel bouchon se forme. La réponse policière l’est, par contre. Selon plusieurs témoignages d’enseignant-e-s et d’élèves, l’odeur des gaz était sensible dans les cours de l’école maternelle du Fort Nieulay et du lycée Sophie Berthelot, à près d’un kilomètre de la rocade.

S’arrêtant là (le long de l’autoroute?)…

Voir l’article original 414 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s