The Patriot Game

Joelle Palmieri

IMG_4325Je déteste l’arbitraire. Celui qui dépend uniquement d’une décision individuelle, hors de soi, hors d’une raison commune. Celui qui réduit l’essentiel au caprice. Celui qui transforme le réel en mensonge. Celui qui détourne de la liberté. Celui qui nourrit au creux du ventre le sentiment d’une injustice infinie. Celui qui terrasse. Celui qui fait violence. Celui qui anime la chasse au faciès, le rejet de l’Autre, les simplifications et détournements discursifs. Celui de Marine Le Pen qui s’approprie le mot « patriote » en lieu et place de « nationaliste ». Moins connoté. Moins hégémonique. Moins autoritaire. Moins fascisant. Plus populaire. Plus proche de la loi du pater-père-patrie. La terre des ancêtres. Rassurant. Protecteur. Celui de Christian Estrosi qui, dix-sept ans après son alliance avec les faschos de sa région, se découvre « résistant ». Le mot-clé. Le sauve-conduit. L’antidote de la collaboration raciste française. Le déni. Celui de Manuel Vals qui clame avoir vaincu…

Voir l’article original 241 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s