Esclavage, réparations, Code Noir et désir de reconnaissance : L’opinion de Viviane Rolle-Romana

Creoleways

Featured imageJe crains que nous ayons raté le coche !

par Viviane ROLLE-ROMANA

Jean-François Niort, historien du droit et des institutions, maître de conférences à l’Université des Antilles s’est trouvé récemment au cœur d’une vive polémique aux motifs qu’il aurait mis en avant « les bons côtés du code Noir ». Les militants anticolonialistes en faveur des réparations de l’esclavage, à l’origine de cette polémique, accusent l’historien de propager des thèses révisionnistes et négationnistes. L’un d’eux, le journaliste Danick Zandronis, n’hésite pas, dans un article qu’il publie sur son site internet CCN, à le qualifier d’agent du colonialisme français et à le comparer à une sorte de petit Salman Rushdie dont la présence en Guadeloupe n’est plus souhaitée. Il lui intime l’ordre d’aller exercer ses talents ailleurs, étant désormais persona non grata.

La section guadeloupéenne de la Ligue des Droit de l’homme, dans son communiqué du 4 avril 2015 dénonçant les…

Voir l’article original 869 mots de plus