non-accès aux medias

idéologie, pensée unique, police politique, et bientôt guérilla urbaine …

triton95

L’accès aux medias a été revu sur internet. D’une politique de large accès aux articles nous sommes passés à une politique d’accès très restreint, mais est-ce que les ventes remontent pour autant ? En tout cas, ce mouvement de fond rapide prouve au moins une chose, c’est l’étonnante unité des décisions en matière de presse, soit que le mimétisme soit très fort dans ce milieu, soit que les commanditaires y soient peu nombreux.

Voir l’article original

Jeffrey Blankfort: « The main beneficiary from the disintegration of Iraq and Syria and the emergence of ISIS has been Israel ».

Jeffrey Blankfort: « The main beneficiary from the disintegration of Iraq and Syria and the emergence of ISIS has been Israel ».

Algérie Résistance

Jeff Blankfort

Jeffrey Blankfort. DR.

Mohsen Abdelmoumen: What is the real weight of the Zionist organizations, such as the AIPAC and the ADL in the American political life?

Jeffrey Blankfort: It is both considerable and immeasurable and their influence can be felt, if not seen, in every critical sector of American society.  AIPAC and the ADL are only the most well known among a web of powerful political organizations that function on Israel’s behalf  and effectively set the parameters for US Middle East policy although for most of its sixty plus years AIPAC has preferred to limit its public profile to the political class and those who fund it.  There is no lobbying group or combination of groups in the United States or elsewhere that begin to compare with the Zionist network in terms of sheer political power at every level of government, including the courts.

Voir l’article original 2 989 mots de plus

Dany Laferrière à l’Académie Française : Discours d’un psychopompe en pyjama

Creoleways

Featured imageL’écrivain haïtien-québécois Dany Laferrière est devenu le deuxième homme noir admis parmi les membres de la prestigieuse Académie Française. Né le 13 avril 1953 à Port-au-Prince, Windsor Klébert Laferrière occupera le fauteuil numéro deux qui fut celui de Montesquieu puis d’Alexandre Dumas fils (lui aussi écrivain d’origine antillaise). Bref rappel du parcours d’un membre du club très fermé des immortels.

Dany Laferrière a cinq ans quand son père, opposant au dictateur François Duvalier (Papa Doc), est contraint à l’exil. Il ne le reverra jamais vivant. En 1976, sous le régime de Baby Doc, il doit à son tour quitter Port-au-Prince suite à l’assassinat d’un collègue journaliste au «Petit Samedi soir». L’écrivain part alors pour Montréal (Québec), d’où jamais il ne cessera de chanter Haïti dans ses livres. Chez cet auteur prolifique, l’art n’est jamais bradé sur l’autel de la quantité. En témoignent les prix littéraires couronnant les succès…

Voir l’article original 6 688 mots de plus